Pêche à la mouche sèche en eaux rapides, ruisseaux et rivières de montagnes
par Gilles CASSAGNE

Préparatifs: où pêcher à la mouche?

Pêcher en mouche sèche à l'ouverture?


Dans l'esprit de beaucoup de pêcheurs, la pêche à la mouche sèche n'est pas possible à l'ouverture et ne devient réellement intéressante qu'au mois de mai.
Pourtant, les pêcheurs d'ombres le savent bien, il y a des éclosions d'insectes toute l'année, même en plein hiver.
S'il est vrai que tous les mois ne se valent pas, le mois de mars est loin d'être le pire, on peut faire de belles pêches dès l'ouverture, même en montagne.
Bien sûr, ce n'est pas toujours le cas, l'objectif doit rester modeste; faire monter sa première truite de l'année me paraît déjà une belle récompense!

La toute première sortie

Manque de condition physique, température parfois très basse, journées encore courtes, ce n'est vraiment pas le moment d'aller à la découverte de nouvelles gorges et d'y rester coincé. D'ailleurs, même des gorges connues peuvent avoir changé de physionomie après un éboulement par exemple.
Je préfère faire la toute première sortie, le plus près possible de la maison. Il est vrai que j'ai de la chance d'avoir plusieurs rivières à truites à moins de 10km. Même si elles ont souffert de la sécheresse ces dernières années, elles sont parfaites pour faire un bilan en situation réelle de l'état de mon matériel et de mes réserves abdominales de croziflettes.
Bien que j'entretienne mon matériel mieux que ma ligne, une avarie ou un oubli (remettre le moulinet dans le sac à dos par exemple) peut rapidement être corrigé.
Si vous n'avez pas cette chance, mieux vaux faire une check-list complète de tous vos besoins et l'améliorer d'année en année afin que rien ne vous manque le jour J.

Où pêcher à l'ouverture?

Le choix de la rivière souvent déterminant, dans la réussite d'une sortie, l'est encore plus à l'ouverture.
Il faut éviter de pêcher dans des rivières où le débit est trop important. C'est pire encore s'il y a des eaux de fonte de neiges, que l'on reconnaît facilement à leur couleur "menthe glacée". Je n'y ai jamais pris la moindre truite.
J'évite aussi les rivières trop encombrées, car je n'ai pas encore le geste assez sûr pour risquer de provoquer ma patience.
Les lieux adaptés pour la pêche à la mouche sèche en début de saison sont presque les mêmes qu'à la suite d'un orage où l'on cherche à éviter les eaux troubles:

eaux de neige pêche

Les eaux de neige, couleur "menthe glacée", sont facilement reconnaissables.

À quelle heure pêcher à l'ouverture?

La fenêtre est assez courte. Il est rare de tenter une truite avec une mouche artificielle avant 10h du matin et après 15h.
À midi, en été comme au printemps, la plupart des pêcheurs sont à table, surtout le dimanche. C'est le moment de profiter de la rivière.
Il peut être intéressant en montagne de regarder si la vallée est dans le prolongement du soleil en utilisant une appli ou un site comme celui-ci:

https://www.sunearthtools.com   Attention, le décalage horaire doit être renseigné. GMT+1 en hiver , GMT+2 en été.

Si l'eau est directement exposée au soleil, c'est l'idéal.

Je ne pêche rarement plus de deux ou trois heures en période d'ouverture.

Avec quelle mouche artificielle pêcher à l'ouverture?

En mars, c'est la saison de la March Brown. C'est pourquoi...je pêche avec les mêmes mouches que d'habitude!

Lorque je pêche dans des eaux peu profondes et lentes, j'utilise une mouche qui se pose délicatement comme la "Belle Rousse", un palmer monté sur un hameçon n°12.

Lorsque je tente des eaux plus rapides une Patoche, un peu plus fournie qu'en fin de saison, ou une Sasson me convient très bien.

Quels vêtements?

Au niveau des jambes, j'utilise un pantalon de randonnée un peu plus épais que d'habitude, mais sans excès.
Pour la partie supérieure, suivant la température extérieure, elle peut être composée de

chapka pêche Une chapka, ce n'est pas vraiment stylé, mais terriblement efficace! (crédit photo :décathlon)

Le bonnet est effectivement un élément essentiel, car au bord de l'eau, on ressent une forte déperdition de chaleur au niveau des oreilles.
Été comme hiver, j'ai toujours dans le sac

En hiver, je pars avec deux bonnets supplémentaires dans la voiture.

Je choisis, entre les trois, au dernier moment en fonction de la température ressentie au bord de l'eau.

Pour les mains, c'est plus compliqué. S'il fait vraiment très froid, il vaut mieux ne pas les mouiller.
Pour cela:

J'ai fait l'expérience d'un bain forcé, après seulement quarante secondes de pêche, lors d'une toute première sortie de l'année!..
Ce fût un bain partiel, mais dans une eau à 5°C, c'est un plaisir subtil réservé aux connaisseurs, qu'il vaut mieux écourter le plus rapidement possible!
Fort heureusement, j'ai en permanence, été comme hiver, dans le coffre de la voiture une valisette de change. Mieux vaut vérifier sa présence avant la première sortie.
J'ai aussi apprécié la proximité de la voiture ce jour-là.


Pour finir, pensez au thermos de chocolat chaud. Il sera parfois d'un grand réconfort!

La cueillette de l'ail des ours et de la ciboulette pourra toujours sauver une bredouille... (Photo à venir)

.